mise en place 1992

 

Préparation de l'AG de janvier 1992

Texte d'orientation pour l'A.G. après la réunion du 11/I/92 (J. Nassif)
Je m'emploierai plutôt à restituer les formulations des uns et des autres – qui s'y retrouveront, je l'espère –, afin d'aboutir de cette façon à la rédaction d'une véritable proposition qui ressortirait des grands axes de cette discussion et pourrait être votée lors de la prochaine A.G. Je ferai cependant apparaître, à différents moments, les alternatives entre lesquelles nous aurons à trancher

DOSSIER DISPOSITIF D. Grimault,
La psychanalyse est une pratique de parole qui se déploie dans le champ du transfert. La règle fondamentale en constitue l'exigence : énoncer tout ce qui vient à l'esprit, pour l'un, tout entendre d'une oreille égale pour l'autre. Analyste, analysant et règle fondamentale constituent un ternaire tel que: pas d'analyste sans analysant, pas d'analysant sans analyste, pas d'analyste sans la règle

DOSSIER DISPOSITIF G. Thouvenin,
.…Nos débats, tour à tour agités, doctes et/ou passionnels, s'enlisent à tenter de résoudre un problème qui me paraît contenir en lui-même les germes d'une totale insolubilité. L'expérience de ces dernières dizaines d'années, partagée d'ailleurs par d'autres institutions, nous a pourtant livré quelques enseignements qui, curieusement, demeurent lettre morte. Pour ma part, j'ai tiré les conclusions suivantes…

DOSSIER DISPOSITIF Ph. Garnier,
A propos de la nomination des analystes... A fin de mieux s'y repérer, j'individualiserai quatre pôles qui ne sont pas sans intéresser la " nomination " - sans toutefois aborder ici directement ce problème sur le plan théorique.

DOSSIER DISPOSITIF J. Nassif,
Proposition de procédure. Pour rendre compte de l'existence de psychanalystes qui se diraient tels. Je livre à l'occasion de notre discussion la première mouture de cette tentative. Texte a verser, pour la bonne histoire, au dossier de la gésine d'une institution analytique qui vaille...

DOSSIER DISPOSITIF M. Defrance,
La lecture du dernier courrier des CCAF s'est accompagnée d'une certaine inquiétude et de doutes à propos de la persistance de réapparition des projets institutionnels concernant la nomination, au point que certains imaginaient ceux-ci bouclés pour la prochaine assemblée et se demandaient à quoi avait servi la dernière. En effet, la réapparition de la notion de protocole institutionnel (et non de recherche) et la précipitation à vouloir faire liste et élection est contradictoire avec la dernière Assemblée Générale. Si la constitution de groupes de travail avait été proposée avec des réunions de confrontation ou de concertation ultérieure, aucune consigne de rédaction de texte commun à proposer au vote n'avait été retenue

DOSSIER DISPOSITIF C. Masclef
Ces réflexions ont pris naissance dans l'après-coup de la réunion du 11.I.92, à propos de la peur devant la nomination, ce qui suppose la nécessité de travailler sur le refoulé que cela comporte

DOSSIER DISPOSITIF T Perles.
La question du social, comme on dit, et la nomination sont des thèmes qui, depuis un certain temps, titillent le désir des analystes. À croire, - c'est mon avis - que c'est de structure. Or, il semblerait que, d'ici ou de là, des éléments soient aujourd'hui proposés comme premier temps d'une réponse satisfaisante, c'est-à-dire de nature à calmer l'inquiétude de ceux que la question travaille. Les Cartels Constituants, spécifiquement, résistent à céder à ces temps de reconnaissance

 

 

Sur le dispositif (nov 92) et quelques réflexions

APRÈS-MIDI SUR LE DISPOSITIF

On trouvera ici un compte-rendu des débats qui s’organisèrent. Au cours de cet après midi, il y eu cinq intervention plus longues et plus construites que l’on pourra lire dans ce qui suit

« LES LACANIENS SONT PAS COMMODES » (MICHÈLE LARNAUD)
Situer celle qui est tenue pour son analyste chez les « lacaniens » est de son propos, mais n'intéresse ici que dans la mesure où cette sorte de définition par l'essence, généralisatrice, m'a poussée à parler pratique, avec quelques autres, dans le champ des questions de temps.

À PROPOS D'UNE EXPÉRIENCE DE DISPOSITIF SUR LA PRATIQUE (ALBERT MAÎTRE)
Rappelons la visée du dispositif: un « parlêtre » , membre des CCAF, se déclarant analyste praticien fait part de sa pratique à « quelques autres » afin de déterminer si une telle modalité permettrait à l'institution de reconnaître que la pratique analytique d'un de ses membres s'effectue conformément à l'éthique de l'analyse

À propos du groupe «sur la pratique» (M.-C. BŒNISCH)
Nous nous sommes donnés pour tâche, dans le groupe dit « sur la pratique », de travailler à l'élaboration d'un dispositif institutionnel qui tenterait de cerner « ce qui spécifie la pratique de l'analyse freudienne ». Les attentes de chacun des participants ont sans aucun doute été différentes, voire contradictoires. Il faut rappeler que le contexte dans lequel ce projet a vu le jour a été celui d'une discussion houleuse portant sur la question de la nomination du psychanalyste, et qu'un autre angle d'approche avait permis la constitution, peu de temps auparavant, de groupes de réflexion sur cette question

QUELQUES NOTES, APRÈS COUP, POUR RENDRE COMPTE D'UN CARTEL SUR LA PRATIQUE (DIDIER GRIMAULT)
Chacun y a parlé, non de ce qui lui paraissait être repérable comme un acte analytique, mais bien de ce qui le questionnait dans sa pratique. En quoi, dans tel cas exposé, l'un ou l'autre d'entre nous était-il impliqué, à son insu, dans ce qui lui semblait un ratage. En quoi, l'un ou l'autre, justement, pensait ne pas avoir tenu une place d'analyste. Autant de questions qui trouvaient leurs adresses dans le cartel, même si celui-ci donna parfois l'impression d'être assez allègrement mené.

À MÈRE Exposé Fait en cartel suivi d’une discussion (NICOLE PÉPIN)
Nos analysants nous demandent en fin d'analyse de les aider à dépasser les limites que la névrose leur impose. En avons-nous les moyens? Si oui, quels sont-ils?