Lire

Le vendredi 26 juillet 2013 à 16h27

 

 

 

 

 

 

Pas d'écriture(s) sans lecture(s) ?

******************************

L’Ordinaire, symptôme1

  Radmila Zygouris,

 

De la psychanalyse à l’ouvrage…

 

C’est un objet peu ordinaire que cet « Ordinaire, Symptôme » mis en écriture par Radmila Zygouris et Pierre Babin, un lumineux OVNI dans le ciel encombré de la littérature psychanalytique contemporaine.

Radmila Zygouris y publie, cette fois avec sa signature, des textes écrits voici quarante ans dans la revue qu’elle avait créée avec Francis Hofstein, à la marge de l’Ecole Freudienne de Paris dont ils étaient membres.

L’Ordinaire du psychanalyste, venant en contrepoint de la revue Scilicet, ouvrit de 1973 à 1978 un espace pour une écriture plus libre, moins soumise aux contraintes et aux convenances institutionnelles. Chacun, aux prises avec les découvertes et les interrogations nées de sa rencontre avec la psychanalyse, pouvait y livrer les textes vifs de ses réflexions et de sa pratique du moment, sans pour autant y apposer sa signature.

On s’étonne, en lisant ces écrits datés, de leur force et de l’actualité des questions qu’ils font surgir, et elles sont nombreuses.Sans doute parce qu’ils parlent, et nous parlent encore, d’une clinique ouverte au questionnement, au doute comme à l’inventivité mais aussi d’une pratique de la psychanalyse inscrite dans le contexte social et politique qui la soutient.

Ces textes, cliniques pour la plupart, sont introduits et accompagnés par les « écrits-parlés » des entretiens entre Radmila Zygouris et Pierre Babin, qui reviennent sur le contexte de leur écriture et sur l’histoire de cette revue. L’actualité de chacun de ces écrits, mise en perspective par les échanges entre les deux auteurs, nous ramène au vif des questions qui nous habitent aujourd’hui lorsque nous pratiquons la psychanalyse et que nous nous questionnons sur son devenir.

C’est, tout au long du livre, une mise en tension constante entre parole et écriture, entre hier et aujourd’hui, entre histoire et devenir ; une écriture de la parole, ou la parole pas sans l’écriture – à entendre comme l’on voudra – mais avec du corps, toujours.

Voilà donc un ouvrage écrit-parlé dont la lecture donne à penser, à parler, à écrire et à inventer encore et en corps, seul et avec d’autres, quelque pas nouveau pour la psychanalyse.

De la psychanalyse toujours à l’ouvrage…

Delphine de Roux, 2 décembre 2013

 

 

________________________________

1 Radmila Zygouris, L’Ordinaire,  Symptôme - Editions d'Octobre - octobre 2012.