Grenoble

 

SÉMINAIRE PROPOSÉ PAR ALBERT MAÎTRE :

INTERPRÉTER, DITES VOUS ?

 

 Interpréter s'est imposé à Freud comme le propre de l'acte analytique, dès lors qu'il découvrit que le déterminisme du symptôme se jouait sur une Autre scène, celle de l'Inconscient. Il s'agissait ainsi  de rendre conscient par l'interprétation le conflit psychique et le désir qui l'animait pour soulager le sujet de ses symptômes. Cette thèse a trouvé sa brillante illustration dans la publication de la Traumdeutung que les traductions actuelles nomment l'Interprétation des rêves versus la science des rêves des traductions précédentes.

Mais les effets de l'interprétation rencontrèrent des limites. Les tentatives d'en rendre compte, par les résistances, les fixations narcissiques et la pulsion de mort n'ont pu les repousser qu'en partie. Si bien que, dans son article sur les Constructions dans l'analyse de 1937, Freud fut amené à proposer, devant l'insuffisance de la remémoration, une reconstitution de moments cruciaux de l'histoire infantile, assumant ainsi la part de suggestion de cette orientation.

De fait, la pratique des analystes semble mêler dans un dosage variable interprétations et constructions souvent réunies sous le terme d'interventions de l'analyste.

Il nous incombe donc de nous interroger sur les raisons de nos interventions. Quand intervenons nous, pourquoi, comment ?

Ces questions ne peuvent être dissociées de la dynamique du transfert, de la conception que nous avons des fins et de la fin de la cure et du désir de l'analyste.

C'est ce questionnement que je vous propose de mettre en jeu au cours de cette prochaine année.

Nous nous retrouverons le lundi 21 novembre 2016 à 21 heures à la clinique du Grésivaudan, salon Puy, 38700 à La Tronche. Puis les lundis : 19 décembre 2016 ; 16 janvier 2017 ; 20 mars 2017 ; 10 avril 2017 ; 15 mai 2017