La passe

          La démarche des CCAF concernant la passe témoigne de la volonté des membres de cette association :
- de renouveler leur attachement à cette procédure qui fut l’un des enjeux de sa fondation.
- d’inventer les moyens pour relancer le travail qu’elle peut permettre sur les questions de la fin d’une cure, toujours singulière comme l’analyse elle même. Qu’il s’agisse du passage à l’analyste ou d’une autre issue, chacune ayant à assurer la part énigmatique du “désir de l’analyste”.

Cette passe ne débouche pas sur une nomination , mais sur une réponse dont les éléments, s’ils font retour sur la mise du passant, deviennent matière à travail au sein de cartels qui reprennent ce qui s’est produit comme effets de passe au sein du jury.

Cette passe est inter-associative, c’est-à-dire que le jury qui reçoit les témoignages des passeurs, est tiré au sort parmi une liste comprenant des membres de plusieurs associations, partenaires de travail des CCAF.

Enfin, l’enseignement d’une pratique renouvelée et les échanges inter-associatifs ont permis la mise en œuvre de modalités multiples pour la désignation des passeurs.

Sphinx de la colonne des Naxiens (570-560 av JC) Delphes ©Luc Diaz 2013

 

 

DISPOSITIF ACTUEL

          L'association poursuit l'expérience de la procédure dite: « la passe » introduite par J. Lacan. Elle met en jeu ce qui peut être repris de la « Proposition d'Oc- tobre 1967 », avec les modifications qui lui ont été apportées résultant de l'expérience des C.C.A.F. Les articula- tions sont les suivantes:

1) Formation du Jury :
a) Sept membres sont élus par l'Assemblée Générale des CCAF, plus deux suppléants, pour former le Jury potentiel de la passe.
Cinq parmi eux, cinq au moins, auront une expérience de la passe à quelque place que ce soit.
Chaque candidature devra être soutenue devant les membres de l'association.
Les associations de l’Inter Associatif qui soutiennent la procédure, désignent chacune de un à trois jurés potentiels selon les critères qui leur sont propres.
b) Le candidat à la passe tire au sort auprès du coordonnant à cette fonction cinq noms dans le jury potentiel.
Un rapporteur sera tiré au sort par les soins du jury avant l'audition des passeurs.
Ce rapporteur, présent lors de l'audition des passeurs et des délibérations du jury, ne participe pas au débat.
Il aura pour fonction de transmettre au coordonnant concerné, et à lui seul, ce qui peut être rapporté d'une passe comme susceptible de faire enseignement pour l'analyse, travaillant par là même à faire la différence entre ce qui doit être transmis et ce qui ne peut être divulgué.
c) La réponse du jury sera, en règle générale, transmise au candidat par le coordonnant à la passe.
d) Les jurys s'engagent à se former en cartels pour témoigner à l'association de leur expérience.

e) Deux membres d’une association engagée dans la procédure, qui seraient tombés d’accord à propos de cette initiative auront la possibilité de proposer à une personne non-praticienne de l’analyse de venir faire partie de la liste des jurés potentiels de la passe.

En cas d’accord de la personne pressentie, il suffira que cette candidature soit motivée par ses deux parrains auprès du coordonnant de la passe.
f) Au bout de trois ans, il sera procédé à un tirage au sort et trois jurés seront sortants.
Ensuite, le renouvellement se fera tous les trois ans, par quart, charge au coordonnant d’indiquer aux associations concernées de pourvoir au remplacement des jurés sortants, chacune des catégories étant renouvelée en fonction du départ de l’un ou l’autre de ses représentants.
Les candidats qui avaient été élus ne seront pas rééligibles pour la durée de ce mandat.
g) Après qu’un passeur aura été tiré au sort deux fois à cette fonction et s’il ne fait pas partie d’une association dans laquelle il pourrait se présenter comme candidat, il lui sera offert par le coordonnant de la passe, et avec l’accord d’au moins l’un des deux jurys devant lesquels il a parlé, de participer à la liste des jurés potentiels.
h) Il appartient au coordonnant de la passe d’offrir à un ex passant, si celui ci ne fait pas partie d’une association où il pourrait être élu à cette fonction, de participer à la liste des jurés potentiels.

2) Désignation des Passeurs :
L’élargissement de notre procédure à des associations à l’Inter Associatif. introduit la possibilité d’une double modalité de désignation des passeurs.
a) Par tirage au sort au sein d’un ensemble de passeurs potentiels désignés comme suit :
- Des passeurs seront désignés par leur analyste.
- Ceux qui auraient dans leurs pratiques des personnes dont il serait avéré qu’elles se soumettent à une analyse de contrôle, pourraient leur offrir d’être désigné comme passeurs.
- Par ailleurs, si deux analystes en tombaient d’accord, ils pourraient aussi bien désigner un de leur collègue comme passeur. Il leur suffirait de motiver séparément leur choix auprès du coordonnant de la passe.
- Les passeurs qu’un passant aurait pu proposer pour sa propre passe et inscrits sur cette liste pour les passes à venir.
Parmi l'ensemble des passeurs ainsi constitué, deux d'entre eux seront tirés au sort par le candidat à la passe.
Il aura la possibilité de récuser une fois les deux passeurs tirés au sort et de procéder à un nouveau tirage.
Tout passeur ayant rempli deux fois cette fonction sera retiré de la liste.
b) Par désignation directe
Un passant peut proposer au coordonnant les deux passeurs de sa passe. Ces deux passeurs ainsi désignés font partie, dès lors, de la liste des passeurs pour les passes à venir.

3) Transmission :
Il appartient au coordonnant de la passe d’organiser au moins tous les deux ans un temps de retransmission vers l’ensemble des associations engagées dans la procédure.